Recueil des 40 hadiths par An-Nawawi

Recueil des 40 hadiths par An-Nawawi

Deuxième source de référence de l’islam après le Coran, les hadiths transmettent les enseignements du Prophète Mohamad ṣallallāhu 'alayhi wa sallam (peace and blessings of Allāh be upon him), à travers ses actes et ses paroles, tels qu’ils ont été rapportés par ses proches compagnons. Ce recueil des « 40 hadiths » est une célèbre compilation réalisée par l’imam An-Nawawi, grand savant religieux du XIIIe siècle. Il a fait l’objet de nombreux commentaires, et continue d’être étudié et mémorisé à travers le monde musulman. Son succès est dû au fait que l’essentiel de la religion musulmane s’y trouve rassemblé : fondements de la Religion ; vertus et nobles caractères ; principes éthiques, etc. Il constitue en cela une excellente introduction à l’étude de l’enseignement du Prophète ṣallallāhu 'alayhi wa sallam (peace and blessings of Allāh be upon him).

Aboû Abbâs Sahl ben Sades Sâ’idî raḍyAllāhu 'anhu (may Allāh be pleased with him), a dit :
Un homme se rendit auprès du Prophète ṣallallāhu 'alayhi wa sallam (peace and blessings of Allāh be upon him) et lui dit: «Ô Envoyé de Dieu, enseigne-moi une action dont l’accomplissement me vaudra l’amour de Dieu et celui des hommes» Il lui répondit : «Méprise les choses d’ici bas, Dieu t’aimera, et méprise ce que possèdent les hommes, et les hommes t’aimeront».

Selon Aboû Said Sad ben Mâlek ben Sinân, el Khodrî raḍyAllāhu 'anhu (may Allāh be pleased with him), l’Envoyé de Dieu (à lui, bénédiction et salut), a dit : «Ne faites pas de mal, et ne rendez pas le mal pour le mal».
Note: Ce hadith est très important. Il rappelle tout en restant en deçà des exigences de cette maxime chrétienne, qu’il faut rendre le bien pour le mal. Un commentateur dit qu’on peut le comprendre comme nous l’avons traduit, c’est-à-dire, qu’il ne faut faire de mal, ni à qui ne vous en fait pas, ni à qui vous en fait mais que dans ce dernier cas, il faut lui pardonner, ou bien encore : « Ne faites pas aux autres plus de mal qu’ils ne vous en fait ». Le commentateur cite à ce propos un hadith « Ne trompez pas qui vous à trompé » en l’expliquant selon cette version, que nous n’avons pas choisi : « Ne le trompez pas à votre tour, après que vous aurez triomphé de sa tromperie ». L’interprétation que nous suivons est celle la moins éloignée de la maxime chrétienne. Le professeur H. Pérès traduit : « Ni tort à qui ne vous a rien fait, ni dommage à qui vous a fait du mal ».( La littérature arabe et l’Islam par les texte 2e ed. P. 117 n)

Selon Ibn Abbâs raḍyAllāhu 'anhu (may Allāh be pleased with him) le Prophète ṣallallāhu 'alayhi wa sallam (peace and blessings of Allāh be upon him), a dit :
«Si l’on accordait aux plaideurs, l’objet de leurs demandes, certes, on en verrait qui réclameraient les richesses et le sang d’autres gens. Mais il appartient au demandeur de faire la preuve et le serment est déféré a celui qui nie».
Note: c’est une règle très générale, presque évidente de procédure.

Aboû Saîd El Khodrî raḍyAllāhu 'anhu (may Allāh be pleased with him), a dit qu’il a entendu l’Envoyé de Dieu (à lui bénédiction et salut), dire : «Si l’un d’entre vous voit ce qui déplait à Dieu, qu’il le combatte de ses mains; si cela ne lui est pas possible, que ce soit par la langue, et si cela encore ne lui est pas possible, que ce soit avec son cœur, c’est là le minimum imposé par la foi».

Selon Aboû Horeira raḍyAllāhu 'anhu (may Allāh be pleased with him), l’Envoyé de Dieu (à lui, bénédiction et salut) a dit :
«Ne vous jalousez pas, n’enchérissez pas les uns sur les autres, ne vous haïssez pas, et n’agissez pas avec perversité les uns à l’égard des autres, ne concluez pas d’achats au détriment les uns des autres. Soyez, ô serviteurs de Dieu, tous frères; le musulman est frère du musulman, il ne l’opprime pas, ni ne l’abandonne, et il ne lui ment pas, ni ne le méprise. La crainte de Dieu est ici», et il dit ceci en montrant trois fois son cœur, puis il ajouta : «Le pire de l’iniquité est de mépriser son frère musulman. Tout ce qui appartient au musulman est sacré pour le musulman: son sang, son bien, son honneur».
Note: La restriction au frère musulman est à noter (en sens contraire N°13). La même restriction joue au N°36

D’après Aboû Horeira raḍyAllāhu 'anhu (may Allāh be pleased with him), le Prophète ṣallallāhu 'alayhi wa sallam (peace and blessings of Allāh be upon him), a dit : «Quiconque, en ce bas monde, a allégé l’affliction d’un croyant, verra Dieu alléger son affliction au jour du Jugement Dernier. Quiconque secourt un homme dans la gêne, verra Dieu le secourir en ce bas monde et dans l’Autre. Quiconque couvrira les fautes d’un Musulman, verra Dieu les lui couvrir en ce bas monde et dans l’Autre. Dieu aide Son serviteur tant que ce dernier aide son frère. Celui qui parcourt le chemin de la Science (religieuse), Dieu lui aplanira le chemin du Paradis. Tant que les hommes s’assembleront en quelque demeure consacrée à Dieu pour réciter le Coran et pour l’étudier ensemble, la paix du cœur descendra sur eux, la miséricorde les couvrira, les anges les entoureront et Dieu les mentionnera comme étant des Siens. Quant à celui que ses œuvres ont mis en retard, il ne sera pas mis en avance par son lignage».
Note: Nous avons traduit par « paix du cœur » le terme sakina qui a été spécialement étudié par Goldzilher dans les Abhandlungen sur Arabischen philologie.

Selon Ibn Abbâs raḍyAllāhu 'anhu (may Allāh be pleased with him), l’Envoyé de Dieu (à lui, bénédiction et salut), a dit parmi ce qu’il a transmis comme venant de Son Seigneur Trés Haut (qu’il soit béni et exalté) : «Allah a déterminé les bonnes actions et les péchés». Puis il a fait une distinction en cette matière. Lorsque quelqu’un se propose d’accomplir une bonne action, et ne la fait pas, Il la lui inscrit comme si elle était accomplie, et s’il l’accomplit, Il met à son actif dix bonnes actions, et même sept cents, et encore bien davantage. Mais s’il se propose d’accomplir un péché et ne l’accomplit pas, dieu le lui inscrit comme une bonne action accomplie. Et s’il accomplit ce péché, Dieu ne le lui inscrit que comme un seul péché».
Note: C’est un témoignage de la miséricorde divine.

Selon Aboû Horëira raḍyAllāhu 'anhu (may Allāh be pleased with him) l’Envoyé de Dieu (à lui bénédiction et salut), a dit: «Allah Très Haut a dit : ‹A celui qui nuit à un de mes porte-paroles, je déclarerai la guerre. Rien de ce qui M’est agréable ne rapproche autant Mon serviteur de Moi, que l’accomplissement des obligations que Je lui ai imposées. Mon serviteur ne cessera de se rapprocher de Moi par des pratiques surérogatoires jusqu’a ce que je l’aime, et, lorsque je l’aimerai, Je serai l’oreille par laquelle il entendra, le regard par lequel il verra, la main avec laquelle il empoignera, le pied avec lequel il marchera. S’il Me sollicite, certes, Je lui accorderai Ma faveur, s’il implore. Ma protection, certes, Je la lui accorderai› ».

Selon Ibn Abbâs raḍyAllāhu 'anhu (may Allāh be pleased with him), l’Envoyé de Dieu (à lui, bénédiction et salut), a dit :
«Certes, Dieu à cause de moi, pardonnera à ma communauté (les péchés) commis par erreur, oubli, ou contrainte.»
Note: Allusion à l’intercession du Prophète ṣallallāhu 'alayhi wa sallam (peace and blessings of Allāh be upon him).

Ibn Omar raḍyAllāhu 'anhum (may Allāh be pleased with them), a dit: l’Envoyé de Dieu (à lui bénédiction et salut) me prit par l’épaule et dit : «Sois en ce bas monde comme un étranger», ou «comme un passant». Ibn Omar raḍyAllāhu 'anhum (may Allāh be pleased with them) disait: «Lorsque tu es au soir, n’attends pas le matin, et lorsque tu es au matin, n’attends pas le soir. Prends sur ta santé pour le moment de ta maladie, et sur ta vie pour celui de ta mort».
Note: La vie n’est que chose passagère. Seul compte l’Au-Dalà.

Selon Aboû Mohammed Abdallâ ben Amroû ben El-Aç raḍyAllāhu 'anhum (may Allāh be pleased with them), l’Envoyé de Dieu (à lui, bénédiction et salut), a dit : «Aucun de vous ne deviendra véritablement croyant, que lorsque ses passions se plieront aux règles que je vous ai apportées».

Anas raḍyAllāhu 'anhu (may Allāh be pleased with him), dit qu’il a entendu l’Envoyé de Dieu (à lui, bénédiction et salut ) dire. «Allah Très Haut a dit: ‹O fils d’Adam, tant que tu M’invoqueras et mettras ton espoir en Moi, Je te pardonnerai les péchés dont tu te seras chargé, sans Me soucier de leur grand nombre. O fils d’Adam, si tes péchés atteignent toute l’étendue visible du ciel, et qu’alors tu implores Mon pardon, je te pardonnerai. O fils d’Adam, si tu viens à Moi, ayant rempli la terre de tes péchés et qu’alors tu Me rencontres cependant que tu n’associes personne d’autre à moi, Je te donnerai de quoi la remplir autant de pardon».
Note: (Voir N°37) L’essentiel est de croire en Allah l’Unique

Pages : 1 2 3 4






  • Coran

  • Sondage

    Comment trouvez-vous notre site web?

    Voir les Résultats

    Loading ... Loading ...
  • Galerie photo

    1101 13 01-preparation 18-5-12ans-26 20-expo-sf-06 00
  • Prévisions Météo

    +11
    +17°
    +11°
    Vanves
    Samedi, 28
    Dimanche   +16° +
    Lundi   +17° +10°
    Mardi   +17° +
    Mercredi   +19° +
    Jeudi   +20° +12°
    Vendredi   +23° +14°
  • Derniers articles