Archives de catégorie : Science et Culture

Science et Culture

Le salon du livre 2014

Le salon du livre 2014

Atelier de calligraphie arabe

Pour celles et ceux qui auront la possibilité d’aller au salon du livre organisé au salon des expositions Porte de Versailles, un atelier de calligraphie aura lieu au stand Arabie Saoudite (S46).

Aidés par des professeurs, venez vous essayer à la calligraphie arabe et découvrez l’art et la culture qu’elle porte. Cet atelier d’une demi-heure est réservé aux scolaires à partir de 5 ans le vendredi 21 mars toute la journée, le samedi 22 mars de 10h à 13h et le lundi 24 mars de 13h à 18h.
La science se livre à la bibliothèque de Vanves

La Science se livre, édition 2014

La science se livre à la bibliothèque de VanvesDestinée à promouvoir la culture scientifique, la manifestation « La Science se livre » est un rendez-vous annuel proposé par le conseil général des Hauts-de-Seine. Sa vocation : mettre la culture scientifique à la portée de tous.

A la bibliothèque de Vanves, des ateliers et des expositions vous attendent jusqu’au 15 février 2014.

Le sujet traité cette année est “Le temps”.

Ci dessous le programme détaillé :

ATELIERS

  • Les caprices du temps
    Découvrir les principaux paramètres de météorologie et leurs instruments de mesure. Fabriquer une girouette.
    Mercredi 29 janvier 2014 : 14h30-15h30 (9-11 ans)
    Mercredi 05 février 2014 : 16h00-17h00 (9-11 ans)
  • La mémoire des sens
    Découvrir et expérimenter les mémoires sensorielles qui ancrent nos souvenirs dans le temps.
    Mercredi 29 janvier 2014 : 16h00-17h30 (6-8 ans)
    Mercredi 05 février 2014 : 14h30-15h30 (8-11 ans)
  • Quelle heure est-il ?
    Découvrir l’influence de l’astronomie sur la mesure du temps et apprendre à vérifier l’heure en observant le soleil, les ombres et la lune. Fabriquer un cadran solaire et observer une horloge lunaire.
    Samedi 1er février 2014 : 14h30-15h30 (7-11 ans) / 15h30-16h30 (7-11 ans)
  • Stroboscopique !
    “Un phénomène qui se répète dans le temps encore et toujours à la même fréquence, c’est prévisible.” Pas si sûr ! Une expérience unique à la tombée de la nuit.
    Mardi 4 février 2014 : 17h30-18h30 (8-12 ans) / 18h40-19h40 (adultes et ados à partir de 14 ans)
  • Les instruments de la météo
    Le thermomètre, le baromètre, l’anémomètre… pour apprendre à connaître les différents instruments de mesure du temps météorologique et en fabriquer un.
    Mercredi 12 février 2014 : 14h30-16h00 (7-9 ans)
  • La mesure du temps
    Découvrir quels éléments naturels ont d’abord servi à mesurer le temps, puis quels instruments ont été utilisés au travers des siècles.
    Mercredi 12 février 2014 : 16h00-17h30 (7-9 ans)

Entrée libre, Inscriptions obligatoires auprès de la Bibliothèque.

EXPOSITIONS

  • Temps, art et fiction
    La thématique du temps déclinée à travers les arts et la fiction.
    Espace Adultes 
  • La mesure du temps
    Quand les instruments de mesure du temps à travers les âges rencontrent des héros et des héroïnes de romans et de contes.
    Espace Jeunesse

Contact :

Bibliothèque municipale 16 rue Sadi Carnot

Tél. : 01 41 33 92 17

Bonnes habitudes alimentaires et bienséance à table

Associer les enfants à la préparation des plats et, quand c’est possible, à la culture, cueillette, récolte des denrées, est un bon moyen de leur faire comprendre que tout vient de la Terre, qu’il est nécessaire d’en prendre grand soin, que le gaspillage comme les critiques sur tel légume ou tel plat (du genre “c’est pas bon !”) sont interdits. Ils ont parfaitement compris tout cela et ont évidemment le droit de ne pas aimer quelque chose et de dire que les choux ne sont pas à leur goût. Mais cela s’arrête là. En cas d’invitation ou à la maison, les enfants savent qu’on ne critique la nourriture offerte sous aucun prétexte. Il vaut mieux alors goûter ou laisser le reste dans le plat sans rien dire.

A table…

Certaines de ces règles sont parfaitement intégrées au quotidien et sont même devenues un réflexe comme les invocations qui sont un excellent moyen pour débuter un repas car, comme pour tous les aspects de notre vie, nous commençons en prononçant le nom de Dieu, Bismillah, au nom d’Allah. Les enfants aiment beaucoup ce rituel : je commence en remerciant Allah pour ce que nous avons sur la table et pour Sa générosité en général, puis ils proposent toujours une invocation “de leur cru”.

On ne s’accoude pas !

Je ne m’accoude pas quand je mange, je ne suis qu’un serviteur, je mange comme un serviteur et m’assoie comme un serviteur” (Rapporté par Boukhari). D’ailleurs la meilleure manière d’éviter cela est de manger modestement sur une nappe, au sol, (façon “pique-nique”), cette tradition prophétique, encore très vivace dans beaucoup de régions du monde.

On sert ses convives !

On commence par servir ceux qui se trouvent à droite et, évidemment, celui qui sert le repas ou la boisson sera la dernière personne à se servir, un peu comme dans l’étiquette française en la matière. Ensuite l’hôte ne mange pas en premier et baisse le regard pour ne pas embarrasser ses convives… il ne s’agirait pas d’épier constamment les assiettes histoire de voir si on a bien réussi nos plats hein!

On partage !

Manger ensemble, en famille, est un immense bienfait et on s’en rend bien compte au quotidien. Les enfants comprennent bien l’importance du partage de la nourriture avec les autres notamment si l’on mange avec des personnes pauvres auxquelles on doit donner la préférence sur soi. Dans notre entourage, ce n’est malheureusement pas ce qui manque, des pauvres. Entre ceux qui ne mangent de la viande qu’une fois par mois et ceux qui mangent tout juste à leur faim, il y a de quoi réfléchir et être satisfait de la nourriture que l’on a sur la table.

Également, en période de Ramadan, même s’ils ne jeûnent pas, ils “participent” en emmenant avec leur père de la nourriture à la mosquée pour les défavorisés, les étudiants, les personnes âgées seules ou encore les célibataires qui viennent y manger quotidiennement.

Dans tous les cas, mois de ramadan ou pas, il y a quelques règles alimentaires en Islam, qu’on appellerait “diététiques” aujourd’hui, auxquelles on se conforme avec plus ou moins de mal selon les occasions :

On mange peu et sans précipitation !

Manger doucement en mastiquant bien en fait partie. Il y a beaucoup d’occasions où les repas sont pris à la va-vite. Les excès de nourriture sont aussi interdits et quand, en Français, on dit que “la gourmandise est un vilain défaut” on n’est pas loin de la règle islamique qui préconise de manger peu/modérément à chaque repas ; ainsi notre Prophète Mohamad ṣallallāhu 'alayhi wa sallam (peace and blessings of Allāh be upon him), a dit :

« Nous sommes un peuple qui ne mange que s’il a faim et s’il mange c’est sans excès. »

« L ’homme n’a pas rempli de récipient pire que son estomac. Quelques bouchées suffisent pour se restaurer. Si l’homme tient à manger plus, qu’il réserve un tiers pour la nourriture, un tiers pour l’eau et un tiers pour l’air. » [ Rapporté par Ahmed, Ibn Majja et Hakim ]

On finit sur une note de reconnaissance !

On termine notre repas en disant al hamdulillah, qui veut dire “Les louanges vont à Dieu”, pour montrer sa reconnaissance et le fait que chacun est bien conscient des bienfaits qui nous couvrent.

Ci-dessous une vidéo très complète sur ces bienséances :


 

Je suis… Abbas Ibn Firnas

Je suis… Abbas Ibn Firnas

L’aviation et l’astronomie avec Abbas Qassim Ibn Firnas.

Je suis Abbas. Abbas Qasim Ibn Firnas, عباس بن فرناس. En Europe on a décidé de m’appeler Armen Firman (?!?).

Je suis né en 810 à Korah Takrna près d’Izn Rand Onda (Ronda), dans le Sud de l’Andalousie, dans l’Espagne musulmane, sous le califat des Omeyyades.

Petit garçon, mon terrain de jeux favori était la nature. J’aimais vagabonder à l’extérieur et je passais des heures à observer le cycle des fleurs et des cultures, des après-midis entiers à noter les habitudes des oiseaux et des soirées à contempler la perfection du ciel. La Création de mon Seigneur me fascinait et ses merveilles sans borne me subjuguaient SubhannaLlâh !

Adolescent, j’ai continué à aimer les Sciences : chimie, physique ou astronomie, tout me passionnait. Mais mon passe-temps favori restait la poésie. Grâce à mes connaissances dans divers domaines, j’ai travaillé pour des manufactures et, surtout, j’ai été introduit à la Cour de Abd Al-Rahman II puis Muhammad Ier pour y partager mon savoir et mes découvertes.

Parce que des découvertes, j’en ai faites ! Pas mal même ! Avec d’autres frères scientifiques andalous, j’ai redécouvert, réinterprété et compilé avec un œil neuf les sciences qui nous venaient de l’Antiquité.

La Clepsydre, Al-Maqata, pour commencer. En m’appuyant sur des travaux grecs, j’ai pu mettre au point un système qui servait à mesurer le temps. Aujourd’hui on pourrait dire que c’est une sorte d’horloge à eau.

Toujours d’après des textes anciens, j’ai élaboré une nouvelle technique de taille du cristal de roche, ce qui a permis à mes frères andalous de ne plus importer de quartz taillés en Egypte, mais de les tailler eux-mêmes sur place.

Mon atelier de travail était en ébullition constante et mes trouvailles me portaient à faire toujours mieux par la Grâce d’Allâh !
Ainsi, mon goût pour l’Astronomie m’a conduit à imaginer un planétarium : une sorte de maquette du ciel représentant le Soleil, la Lune, les planètes et les étoiles, mais je ne me suis pas arrêté là. J’ai également créé une astrolabe sphérique pour montrer le mouvement des étoiles autour de la Terre et du Soleil. Toute ma vie, j’ai aimé apprendre, construire, imaginer. Ma foi et mon éducation islamique m’ont amené à creuser tous les domaines mêmes les plus incongrus.

abbas ibn firnas sphère armiliaire abbas ibn firnas sphère armiliaire
Le vol gracieux de l’oiseau par exemple. C’est un phénomène qui m’intriguait depuis mon plus jeune âge et que je souhaitais percer. Alors, un jour, en 852, après avoir réfléchi à différentes techniques, j’ai décidé de tester une sorte de parachute doté d’un épais manteau qui devait m’aider à amortir ma chute. Je me suis lancé avec succès du haut du minaret de la grande Mosquée de Cordoue, la Mezquita.

Pendant près de 20 ans  après, j’ai continué à étudier le vol des oiseaux et particulièrement des rapaces. Alors que j’approchais mes 65 ans, j’ai mis au point ma première machine volante. J’ai rassemblé différentes plumes de rapaces dont j’ai recouvert une paire d’ailes en bois recouvertes de soie. J’ai prévenu mes frères et sœurs de cette expérience hors du commun et je les ai invités à venir y assister aux pieds du mont de la mariée, Jbel el 3Arous, qui dominait une longue vallée. Je ne savais pas ce qui m’attendrait en tentant mon premier vol : alors je me suis bien préparé et je me suis à nouveau enveloppé dans un énorme manteau pour amortir ma chute, si Allah en avait décidé ainsi. La foule est venue en nombre.

abbas ibn firnasSite et vallée présumés des essais de vol d’Abbas Ibn Firnas

Déploiement de la queue du cygne pour l'atterissage

Déploiement de la queue du cygne pour son atterrissage

Ce jour-là, j’avais peur mais je disposais de la chose la plus importante : une entière confiance en Allah . Et je me suis lancé. Mon Seigneur m’a permis de rester en vol plané quelques instants mais mon atterrissage fut un échec. Al hamdulillâh, Louange à Allâh, mon âge avancé ne me permettra pas de renouveler ma tentative, mais j’ai continué à apprendre de mon expérience, ce qui m’a permis d’améliorer mon engin pour lequel j’ai compris qu’il manquait une queue pour que le dispositif soit plus complexe pour être plus manœuvrable, modification que j’ai eu le temps de retranscrire dans mes notes avant mourir en 887.

 

Que reste-t-il d’Abbas Ibn Firnas aujourd’hui ?

En Irak, un petit aéroport au Nord de Bagdad porte son nom et une statue le représentant portant ses ailes de bois a été érigée sur la route menant à l’aéroport international de la même ville.

abbas_ibn_firnas.jpg

Au Qatar, le programme général de gestion informatique de l’aéroport international de Doha été judicieusement nommé “Firnas”. Les Algériens ont quant à eux construit un avion léger à hélice basé sur le modèle du Zlin Tchèque baptisé Firnas-142.

firnas

Un cratère sur la Lune porte son nom : Ibn Firnas.

abbas ibn firnas lune

Un pont rappelant les ailes de la machine volante d’Abbas Ibn Firnas a été construit sur le Guadalquivir près de Cordoue en Espagne : el Puente de Abbas Ibn Firnas.

abbas ibn firnas abbas ibn firnas pont
En Lybie, un timbre-poste a été émis en sa mémoire de même qu’en Espagne à l’effigie du pont cité ci-dessus.

Et pour finir, une petite vidéo en anglais sur le sujet :

Louvre - Département des Arts de l'Islam

Louvre-Département des Arts de l’Islam

louvre-carrousel-mini-site-islam_2

Vingt ans après le grand chantier de la pyramide, la création du nouveau département des Arts de l’Islam au sein du musée du Louvre représente une étape décisive dans l’histoire du palais et du musée.

[quote ]Le fait que le Louvre donne à ce département la place qui lui revient réélement dans le concert historique des civilisation; Quand on mesure ce que cette civilisation a sigtnifié historiquement, ca n’est en quelque sorte qu’une juste reconnaissance des choses.
Sophie Makariou Directrice du département
[/quote]

À la fois architectural, culturel, artistique et civilisationnel, ce nouveau département convie le visiteur à un véritable voyage sensible au cœur de sa collection islamique. Carrefour de dialogue entre les cultures, il présente la face lumineuse d’une civilisation qui engloba en son sein une humanité infiniment variée et riche.

 Le département des Arts de l’Islam est le dernier-né des départements du musée du Louvre.

3 2 1

Créé en 2003, en chantier depuis 2008, il a ouvert ses portes le 22 septembre 2012 dans des espaces entièrement nouveaux et repensés, donnant ainsi à ses collections la place qu’elles méritent au sein du musée.

Plus d’informations à l’adresse suivante : http://www.louvre.fr/departement-arts-islam